1110
958
760
385
320
7 mars - 9 avril 2015
Polka Galerie

Jacob Aue Sobol

I, Tokyo

Tokyo, 2006

Né en 1976 à Copenhague, Jacob Aue Sobol intègre en 1998 l’École danoise de photographie documentaire et artistique Fatamorgana. Il y développe le langage photographique qui rythmera ses images de Tiniteqilaaq, un campement situé à l’est du Groenland, où il a séjourné à l’automne 1999. Pendant trois années, il résidera dans ce village, chez sa petite amie groenlandaise Sabine, menant une vie de pêcheur et de chasseur et consacrera la plupart de ses pellicules à photographier le corps nu de sa belle, façon snapshot, en noir et blanc.

Quelques années plus tard, la couleur et le grain de Aue Sobol n’ont pas changé. Ils sont même devenus une signature. Une autre histoire amoureuse a conduit le photographe danois, à Tokyo, au Japon. Cette fois-ci, la jeune femme s’appelle Sara.

« J’ai débarqué pour la première fois à Tokyo au printemps 2006. Mon amie Sara y avait trouvé un emploi et j’ai choisi de l’accompagner à la rencontre de la ville où elle avait grandi – un univers entièrement nouveau pour moi, dont je ne savais presque rien et où rien ne m’attirait particulièrement [...].

Les photos de cette série représentent ce que j’y ai vu et ceux que j’y ai côtoyés au fil des dix-huit mois suivants. Les personnes singulières que j’y ai connues m’ont, je crois, permis de mieux saisir ce que signifie faire partie du Tokyo d’aujourd’hui. Certains sont devenus des amis ; avec d’autres je n’ai fait que partager un bref instant.

Mes photos sont nées au gré de ces rencontres fortuites, sans autre guide que ma curiosité, mon humeur du jour et mon sen- timent de la ville à mesure que je la découvrais. Autant que possible, j’ai travaillé à l’instinct. Prendre des photos a quelque chose d’un jeu improvisé. Il me semble que plus une photo est spontanée et irréfléchie, plus elle devient vivante, et plus elle passe de l’ordre du montrer à celui de l’exister. »