1110
958
760
385
320
13 septembre - 30 octobre 2014
POLKA GALERIE

Act & ReenAct

Act: Gilles Caron

Vietnam, soldats américains, 1967

Deux photographes qu’à première vue tout oppose sont réunis à la galerie Polka :

Gilles Caron, célèbre photojournaliste dont la courte carrière (cinq ans) est aujourd’hui célébrée au Jeu de Paume de Tours.

Alexander Gronsky, jeune photographe estonien, connu pour ses réflexions sur les effets de l’environnement sur les populations locales.

Ces deux générations de photographes se retrouvent sur un même terrain, celui de la guerre.

L’exposition « Act / ReenAct » soulève la difficile problématique de la place de la photographie de guerre dans le monde de l’art. Peut-on considérer des documents d’information comme des objets d’art ? Un photojournaliste est-il un artiste ? Et, à l’opposé, dans quelle mesure un artiste peut-il photographier la reconstitution d’une scène historique pour en dénoncer le propos ?

En confrontant ces deux moyens d’expression, l’exposition « Act / ReenAct » explore la frontière entre reportage d’information et photographie d’art.

 

ACT / Gilles Caron

Gilles Caron connaît la guerre – il a fait deux ans de service militaire en Algérie – et la littérature.

Deux précieux atouts : curieux et érudit, il a acquis les réflexes du reportage de terrain autant que ceux de l’analyse critique.

Pour la presse française et internationale, il a couvert les grands conflits armés des années 60 : le Vietnam, la guerre des Six Jours, le Biafra, le Tchad et l’Irlande du Nord. A l’époque, la guerre change de visage.

L’ennemi disparaît... au détriment des civils, nouveaux « acteurs » de la guerre. Et la télévision concurrence la photographie.

Les photographes sont dans l’obligation de proposer une nouvelle approche de leur art.

Gilles Caron est un pionnier : dernier représentant d’une génération de photoreporters et premier à se confronter à la modernité des combats. Ses clichés sont des idéogrammes de la douleur, des « allégories visuelles » de la révolte, explique Michel Poivert, dans « Le conflit intérieur » (éd. Photosynthèses), où coïncident le présent et l’universel. « Caron a construit, pour une part intuitivement et pour une autre de façon réfléchie, un propos au travers de ses images. »

La sélection proposée par la galerie Polka présente une exploration transversale de l’oeuvre de Caron pour mettre en lumière le langage photographique de ce reporter à la carrière fulgurante.

La galerie Polka tient enfin à remercier la fondation Gilles Caron  pour sa précieuse collaboration.

 

Découvrez comment travaille Diamantino Quintas, tireur d'art indépendant qui collabore notamment avec la Fondation Caron :

 

Visite au 39… Diamantino Quintas, magazine cinq26, 2014

 

Ce film vous est proposé en exclusivité et pour toute la durée de l'exposition sur notre site, en partenariat avec cinq26.

Nous vous invitons à découvrir les autres films de la revue photographique audiovisuelle cinq26  : http://www.cinq26.com
Ce film est disponible en DVD et VoD sur la boutique en ligne : http://shop.cinq26.com/