1110
958
760
385
320
20 novembre 2009 - 27 février 2010
Polka Galerie

United Colors

Julio Bittencourt, Carlos Cazalis, Françoise Huguier, Marc Riboud

Vibrantes, hautes en couleurs, les images de Françoise Huguier réchauffent et brûlent comme un alcool fort. Journaliste, écrivain, cinéaste, la photographe globetrotter est aussi reporter de mode: cette femme de terrain, metteur en scène de ses photos, montre les femmes dans un univers réel.

La nature inspire Alexander Gronsky. Sa mère Russie est recouverte d’un lourd manteau blanc immaculé. Mais sous la neige, rien, ou presque, n’a changé. Vingt ans après la chute du mur de Berlin, début de l’écroulement du bloc soviétique, l’univers épuré de ses images évoque l’ennui et la désolation.

A l’Ouest, du nouveau. La « jungle » de Calais démantelée par la force a été vidée de ses habitants d’infortune. Kosuke Okahara est allé à la rencontre de ces migrants traqués, venus d’Afghanistan ou du Soudan, en transit pour la Grande-Bretagne, toujours isolés mais heureusement pas toujours seuls. Diane Grimonet a photographié des Calaisiens pour qui l’hospitalité est une loi.

Du drame humain peut parfois naître l’amour. C’est ce que nous enseigne l’histoire bouleversante des enfants rwandais conçus dans la barbarie : leurs mères ont été violées lors du conflit entre Tutsis et Hutus en 1994. Jonathan Torgovnik a saisi la tendresse que portent ces femmes blessées à leurs enfants.

Alors que Paris Photo met à l’honneur la photo arabe et iranienne, Polka s’associe à HSBC et expose les photographies de trois artistes qui ont décidé de lever le voile. Roxane B., Zohreh Soleimani, et Alexandra Boulat ont capté la sourde rébellion de jeunes femmes pleines d’espoir dans un Iran qui implose sous la pression des divisions internes. Une révolution en germe qui fait écho au destin algérien, dont la liesse populaire a été photographiée en 1962 par un « historien de l’intime », Marc Riboud.

Polka rend aussi hommage aux femmes et surtout à celui qui les a saisies avec le regard du poète, le grand Willy Ronis. Travailleuses, militantes, coquettes et séduisantes, toutes sont sublimées par l’oeil curieux et tendre du photographe.

A l’approche du sommet de Copenhague sur le climat, les photographies de Bruno Calendini et Xavier Desmier nous rappellent à notre devoir, celui de protéger l’environnement d’une faune sauvage toujours plus menacée. Une prise de conscience d’autant plus urgente que l’expansion urbaine se fait souvent de façon anarchique, comme dans la ville de São Paulo. Carlos Cazalis et Julio Bittencourt ont photographié la métropole brésilienne dont le développement sauvage souligne des disparités sociales criantes.