1110
958
760
385
320
24 novembre 2012 - 12 janvier 2013
Polka Galerie

Format Pola

Philippe Guionie, Sara Imloul, Donata Wenders

Dans le cadre de sa participation au Mois de la Photo 2012, la galerie Polka présente «Format POLA», une exposition collective autour du thème «Small is beautiful», proposé par Agnès de Gouvion Saint-Cyr, avec les travaux photographiques de Philippe Guionie, Sara Imloul et Donata Wenders. «Format POLA» célèbre le petit format qui, parce qu’il se résume à l’essentiel, raconte l’intention première de l’auteur.

«Swimming in the Black Sea» nous fait voyager dans les pas de Kéraban-le-Têtu, le personnage de Jules Verne. Le photographe a exploré ses traces fictives sur les rives des pays de la mer Noire pendant huit ans (2004-2012).
En parallèle, la série «Délestage», réalisée entre 2011 et 2012, constitue un carnet de voyage dans les quartiers de N’Djamena. Des clichés en noir et blanc retranscrivent l’atmosphère poussiéreuse et peuplée de silhouettes blanches de la capitale tchadienne.
Philippe Guionie, historien de formation, né en 1972, revendique une photographie documentaire autour des thèmes de l’identité et de la mémoire. Pendant plus de dix ans, il a voyagé et photographié l’Afrique noire sur des thématiques liées aux parcours et aux constructions identitaires («Le tirailleur et les trois fleuves», 2008). Il a ensuite poursuivi cette quête identitaire en Amérique latine où il a interrogé une autre Afrique, celle issue de l’esclavage espagnol («Africa-America» 2008- 2011).«Swimming in the Black Sea» et «Délestage», deux séries entre poésie et voyage, sont réalisées au Polaroid.

Donata Wenders a longtemps travaillé pour le cinéma avant de déployer ses talents pour la photographie. Fidèle au noir et blanc, la photographe d’origine berlinoise s’inspire d’Henri Cartier-Bresson, d’Alfred Stieglitz et, plus récemment, de Peter Lindbergh. Les photographies de Donata Wenders jouent avec la lumière, l’ombre et les effets de miroir. Elle aime travailler sans règle ni direction, avec l’ambiance et la lumière de l’instant. Après avoir capturé des créateurs tels Pina Bausch ou Yohji Yamamoto, Donata Wenders réalise la délicate série « In the Snow ». Dans ce monde immaculé, une silhouette noire se dessine, couverte d’un long manteau, comme prisonnière de ce petit espace...

Pour sa série « Négatifs » (2012), Sara Imloul, photographe française née en 1986, a exposé directement le papier dans sa chambre photographique 4x5 pouces, créant ainsi des oeuvres uniques en négatif. Par leur pureté, chacune de ses photographies conserve l’aspect matriciel d’un tirage par contact, sauf qu’ici le contact a laissé place au négatif originel sur papier, non reproductible. Ces petits formats sont dignes d’un cabinet de curiosités. La contrainte du négatif unique, non recadré, est pour Sara Imloul un principe de création : l’artiste joue sur les noirs et les blancs pour créer des images, souvent faussement abstraites, dont la ressemblance avec le dessin et la gravure est troublante.