1110
958
760
385
320

Nicolas Comment

La Desserte (2001)

Nicolas Comment

Premier opus de Nicolas Comment, La desserte annonce bien des caractéristiques des travaux ultérieurs : photographies issues du quotidien de l’artiste, essentiellement en France, couleurs subtiles et flous poétiques, basculement du journal intime dans la fiction. Faisant suite à une pratique importante de la vidéo, les photographies de La desserte – comme l’évoque le critique de cinéma André S. Labarthe dans la préface du livre éponyme – semblent les reliques d’un film sans fil narratif. Nicolas Comment invite d’ailleurs à voir la série comme un « road movie de poche » et à lire dans son titre autant un clin d’œil au chromatisme de La desserte rouge de Matisse que son propre goût pour la route et le déplacement.Lire la suite

 

« Alors le sillon blanc qui court sur le devant de la jupe rose de la jeune fille peut faire échos à la fissure noire visible dans le cadre vide du miroir et répondre à l’avance à la bande blanche qui, quatre pages plus tard s’enfuit sur l’image nocturne d’une autoroute. Pas de certitude, mais des indices. Rien ne s’impose tout se devine. Ces prodiges ordinaires n’obéissent qu’à la loi qu’il se donnent. À la cohérence sinistrée de l’anecdote fait place la cohésion discrète d’un interrègne où la chimie des couleurs et la géométrie des figures inventent un autre récit. » André S. Labarthe